J’écris ce mot, Masculinisme, dans mon document Word et déjà on me le souligne d’un trait rouge. Ça commence bien!

Mon ordinateur pense que ce mot n’existe pas.

Pourtant, je l’ai déjà entendu. Très peu souvent je l’admets, mais quelques fois tout de même. Il doit bien exister ce mot.

Je l’ai entendu, mais toujours utilisé de manière négative. Je me souviens d’une discussion avec une ex-copine lorsqu’elle avait mentionnée que son père était féministe. Je lui ai demandé pourquoi elle ne qualifiait pas son père tout simplement de masculiniste, puisque qu’on parlait d’égalité des sexes. Selon moi, à cette époque, ce mot équivalait au mot féministe pour un homme. Elle de me répondre que, pas du tout! Car selon elle, les masculinistes étaient en quelque sorte l’antithèse des féministes et que ceux-ci se dressaient contre les combats des femmes et leur progrès.

J’étais largué.

Comment le même mot, lorsque adapté au genre masculin, avait-il le sens opposé?

Était-il possible que le féminin de ce mot implique quelque chose de positif et de noble alors que la masculinisation du même mot désigne quelque chose de profondément mauvais?

Malheureusement ce ne fut pas la seule fois que j’ai entendu cet énoncé. Sans trop y penser au début, je me suis rendu compte que cette définition qu’on collait au mot masculinisme avait un grand impact sur moi. Comme si je sentais que cette définition du mot évoquait un jugement négatif face aux hommes et indirectement face à moi-même.

Je suis d’avis qu’il faut faire attention à la force des mots. À force de répétition et de rapprochement entre un mot et une idée et des valeurs, ce mot devient vrai. Il désigne une réalité, celle que l’on nomme. Et si ce mot porte un jugement négatif, cette idée négative va vivre à travers lui et affecter ceux qui sont concernés. Si le préfixe « masculin » devient porteur d’une idée négative, alors tous ceux qui sont concernés (hommes et femmes, qui ont des qualités ou identités masculines) seront définis par ce mot. De la même façon que lorsqu’on dit « lancer comme une fille » ou « courir comme une fille »… Je pense que l’on doit être prudent pour ne pas faire ce genre d’association négative. Car d’une association peut découler un comportement.

 

Alors, la définition de masculiniste?

Depuis le temps que j’ai eu cette discussion avec mon ex-copine, j’ai eu le temps d’y réfléchir et de changer d’idée. Être masculiniste pour moi ne veux plus dire être un homme et être pour l’égalité des sexes.

Pour moi être masculiniste veut maintenant dire : être pour l’égalité des sexes et avoir une sensibilité particulière pour les enjeux concernant les hommes.

Il y a une grande différence entre ces deux définitions. Ça veut dire que je peux me dire à la fois féministe et masculiniste. Et que c’est aussi vrai et tout aussi positif pour une femme d’être féministe et masculiniste.

Et tout au long de notre vie on peut être un peu plus féministe ou un peu plus masculiniste. Ça peut changer et il n’y a rien de mal à ça. Il n’y a pas une façon bonne ou mauvaise de faire. Et on peut se dire qu’entre masculinistes et féministes, le monde est entre bonne main.

 

Le dictionnaire

Je termine ce texte et le mot masculinisme est encore souligné en rouge dans mon document Word.

Je décide de right-click / add to dictionary.

Et voilà, ce mot est maintenant à mon dictionnaire, avec la définition positive que j’ai décidé de lui accoler. Celle qui me permet d’être en paix avec ma masculinité et d’avoir un impact positif en tant qu’homme sur le monde. Il y a certains mots qui sont trop importants pour laisser à d’autres le soin de les définir.

 

-Louis M.

 

ps: j’applique la même définition à masculisme, hominisme et companie… pas de chicane sur les termes!